Parler de la grossophobie avec les enfants

La grossophobie est un sujet qui me parait extrêmement important à aborder avec les enfants. En effet, notre société est grossophobe, nos médias, les lieux publics… les gros ne sont jamais les bienvenus.

Que ce soit dans les magasins de vêtements qui ne vont parfois pas au dessus du 44, dans les transports ou les lieux culturels où les sièges sont trop étroits.

Quand aux personnages gros dans les histoires, ils sont souvent soient bêtes, soient méchants, soient malheureux ou bien inexistants.

Mais j’ai trouvé quelques exceptions :

L’ogre Shrek et sa femme, la princesse Fiona, héros du film Shrek(un dessin animé sans conteste extrêmement tolérant qui mériterait un article entier) en font partie.

Des livres jeunesses

Pour parler du sujet, j’ai eu du mal à trouver des livres jeunesse intéressants. Il existe plutôt des livres pour les adolescents, des premiers romans qui abordent ces sujets.

Ma ressource principale est la bibliothèque de ma ville, il y a pleins d’ouvrages pour enfants très intéressants, mais sur ce sujet, je n’ai rien trouvé. Certaines références plutôt engageantes sont apparues dans mes recherches, mais je ne peux pas vous conseiller un livre que je n’ai pas lu.

Lorsque j’ai feuilleté la bibliothèque de mes enfants, je n’ai trouvé que des héros minces, tout à fait dans les « normes sociétales » et je pense que ce manque de diversité dans la représentation des corps n’est pas une bonne chose. Il façonne déjà la façon dont se voient nos enfants et dont ils perçoivent les autres.

Dès l’école primaire

Désormais je parle parfois de ce sujet avec eux car j’ai remarqué qu’à l’école déjà, on dit à ma fille qu’elle est grosse. Les filles entre elles abordent beaucoup ce sujet. Je me souviens avec angoisse d’avoir trouvé que mes cuisses étaient trop grosses dès la fin du primaire, vers 9 ans. C’est un souvenir très net pour moi.

En vivant en Martinique, j’ai réalisé que c’était lié au fait que les corps qui m’environnaient lorsque j’étais enfant, étaient différents du mien. Là bas, de nombreuses femmes afrodescendantes ont des cuisses rebondies comme les miennes et les assument. Cette prise de conscience m’a permise d’évoluer sur la perception de mon propre corps.

Natacha, un corps différent

L’histoire de Natacha, la danseuse aux formes généreuses de BarbOcitron est là pour cette raison : montrer aux enfants que tous les corps existent et se valent. Et vous la retrouverez bientôt dans le podcast de BarbOcitron! Je vous y proposerai une activité à réaliser avec les enfants pour aborder ce sujet.

C’est aussi une question que j’aborderai lors des ateliers Imagine et dessine ton héros, et réinvente un conte prévus cette semaine.

Est ce que vous parlez avec vos enfants de grossophobie? Ou le sujet est il apparu lors de vos échanges? N’hésitez pas à commenter si vous avez trouvé des ouvrages pertinents sur le sujet!

Les héros de mon enfance 4/4

C’est un film que j’ai adoré enfant et que j’ai aimé montrer à mes enfants. Et j’avais envie de me réfléchir à cette question : Mary Poppins est-elle féministe? Et de partager avec vous mes réflexions à ce sujet.

Les ateliers d’art reprennent!

Je suis ravie de vous annoncer que les ateliers d’art et de sensibilisation aux stéréotypes, à destination des enfants et les ateliers de lâcher prise par l’art pour les adultes, reprennent à partir du mois de mai.

Ateliers d’art à la cité fertile

Les ateliers de BarbOcitron ont trouvé un nouveau cadre : la Cité Fertile à Pantin. Un écolieu inspirant tout à fait en cohérence avec l’état d’esprit de BarbOcitron. Ils sont portés par l’association, les Amis de la Cité Fertile. Atelier parents/enfants Réinvente les contes Samedi 21 mai de 14h30 à 16h Réfléchir aux stéréotypes et […]

Laisser un commentaire