À propos

Avec BarbOcitron, les princesses affrontent les dragons et vos enfants ne sont pas des moutons.

L’art a toujours fait partie de ma vie. Si pendant longtemps, il a cohabité avec un autre travail, celui de journaliste que j’ai pratiqué pendant 12 ans. Il m’est apparu, il y a 4 ans comme une évidence, ou plutôt comme une nécessité, un besoin vital d’exprimer autrement ce que j’avais à dire. Raconter avec autre chose que des mots. L’art est le moyen le plus universel de communiquer et d’exprimer ses émotions pour moi.

Après avoir passé plusieurs années à apprendre le dessin et notamment le modèle vivant en cours du soir, je me suis initiée à la peinture à l’huile, à l’aquarelle et aux pastels avec un peintre expérimenté. La pratique quotidienne a fait fonction d’école dans mon parcours d’autodidacte. Et je privilégie l’expérimentation au suivi des règles académiques. Je m’imprègne de références classiques pour briser les préconçus.

 » Créée en 2018 en Martinique, BarbOcitron, c’est la marque que j’ai imaginée.

BarbOcitron est née le jour où ma fille m’a demandé de lui dessiner une princesse, et qu’elle m’a dit « les princesses n’ont pas de lunettes ». Elle avait deux ans et demi, et portait justement sa première paire sur le nez. J’ai donc imaginé une princesse à son image, avec des lunettes et mon premier personnage était né ! Ensuite, j’ai pensé aux autres enfants qui ne pouvaient pas s’identifier aux héros qu’on leur proposait. Et j’ai eu envie d’en créer de nouveaux, de faire bouger les lignes, de changer les références !

Et ma fille est rentrée à l’école, et là j’ai pris de plus en plus conscience de tous les stéréotypes qui pesaient sur nos enfants, sur nous. J’ai eu envie de me révolter contre les injonctions faites aux petites filles et aux petits garçons. Et mes personnages ont gagné en profondeur et la gamme s’est élargie. Mon but : casser les stéréotypes, et élargir le champs des possibles pour nos enfants.

Si j’ai choisi de proposer d’autres modèles aux petits comme aux grands (avec FemmesABarb, j’invite les adultes à déconstruire les préconçus et de se libérer des injonctions également), je devais construire un modèle cohérent. C’est donc naturellement que j’ai opté pour des poupées faites à la main avec des matériaux respectueux de l’environnement, des partenaires locaux.

Les poupées que je crée ne se contentent pas de sourire, elles ont du tempérament et sont articulées avec du fil de cuivre pour que les enfants puissent réellement se les approprier. Chacune est unique, et bien sûr, on peut la réaliser à l’image de l’enfant qui doit la recevoir !

« .

Thanks to BarbOcitron, princesses fight dragons, and your kids aren’t sheeple.

Founded in 2018 in Martinique, the brand BarbOcitron is the fruit of the creative director’s imagination.

“As an artist, I love things that are a little piquant. My concept: shaking up preconceived ideas, offering the children alternative values, broadening their horizons.

Mother of a 4-year-old son and a 6-year-old daughter, I realized I wanted to raise them without any stereotypes. Not quite convinced by the toy market, I’ve decided to create myself heroes who look just like them. Later on, the collection kept growing, having in mind and celebrating all types of diversity in children.”