Questionner notre rapport au corps féminin

Pour le kit de lâcher prise du mois de janvier, j’ai envie de vous proposer de réfléchir, d’explorer, en lâchant prise, un thème qui m’intéresse beaucoup : notre rapport au corps féminin.

Que l’on soit homme ou femme, peu importe, il y a tant à raconter, à déconstruire. Entre les injonctions sociétales (minceur, jeunesse, normes…), les modèles irréalistes photoshopées, les images dont on est nourri depuis toujours. Corps désirable, désiré, pudique ou offert, coupable, malmené, adulé,…

Il ne laisse personne indifférent, chacun a son avis et l’on peut juger.

Mais que fait-on de ce corps? comment l’incarne-t-on vraiment? Comment évolue-t-il? A-t-on oublié sa fonction première? Quid du « body positive »? Faut-il désormais à tout prix aimer son corps? Que raconte-t-il de nous? De ce qu’il y a au fond de nous?

C’est un sujet vaste et justement, je viens d’entamer la lecture d’un ouvrage sur le sujet qui semble passionnant : « Un corps à soi » de Camille Froidevaux-Metterie. Philosophe et professeure de science politique à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, elle parle des femmes qui, longtemps « n’ont été que des corps, définies par leur fonctions sexuelle et maternelle« .

Avec le collage, laissez parler votre petite voie intérieure. Elle a sûrement beaucoup à vous raconter.

Laisser un commentaire